FAUT-IL APPRENDRE PAR COEUR ? La méthode classique défendue par le Cours Sainte-Anne

En matière d’enseignement, la perte de repères conduit – depuis plusieurs années – à du vagabondage pédagogique et, indirectement, à une remise en cause injustifiée de certains principes de l’enseignement classique. Ainsi, ne lit-on pas sous la plume de Madame Nuyts (citée sur le site de l’ILFM) que « les enfants saturés de règles et de “par cœur” ont tendance à la passivité ». Cette affirmation ne laisse pas de nous inquiéter.

Il est exact que certains enfants apprennent magnifiquement leurs leçons et leurs règles d’orthographe sans bien les assimiler, provoquant un « effet perroquet ». Leur temps d’assimilation est tout simplement plus long que pour d’autres élèves. Le « par cœur » sans réflexion n’est certes pas l’idéal, et une règle n’a de sens que dans sa mise en œuvre réfléchie. C’est pourquoi l’apprentissage de la restitution intelligente de ce qui aura été appris par cœur est bien un des objectifs de la scolarité d’un élève.

Le « par cœur » n’a jamais fait obstacle au questionnement ! Au contraire, car plus l’élève apprend, plus il a d’éléments pour suivre un questionnement. À chaque exercice d’application, il confrontera sa règle, tel un morceau de puzzle que l’on présente sur le jeu ; s’il ne la connaît pas, il va tourner “à vide”.
Ne pas apprendre par cœur dès son plus jeune âge, c’est ne pas entraîner sa mémoire ; c’est réduire toutes ses chances de fixer les savoirs. C’est ne pas tisser la trame qui va permettre d’accrocher les notions nouvelles. C’est se priver de sa « bibliothèque ».

Le « par cœur », pour un enfant, est le chemin le plus court, le plus rapide pour accéder à des savoirs même à l’heure de Wikipédia ! Une connaissance acquise dans un cadre pédagogique et issue de la mémoire est nettement moins volatile qu’une connaissance lue, parmi d’autres, que ce soit sur Wikipédia ou ailleurs. Les élèves qui ont du mal à retenir ce qu’ils apprennent, non pas par insuffisance intellectuelle, mais bien à cause de difficultés de mémorisation, sont à même de mesurer ce que le manque de mémoire leur coûte : ils sont ralentis dans leurs apprentissages car il leur faut élaborer des cheminements complexes, gourmands en énergie, provoquant fatigue et découragement.

Apprendre par cœur ? Oui, certainement et à tout âge. On ne cesse de nous seriner qu’il faut cultiver sa mémoire si l’on ne veut pas vieillir. Faut-il que nos enfants attendent d’être gâteux pour avoir le droit et même le devoir d’apprendre par cœur ?

Cours Sainte-Anne
76, rue Saint Lazare
75009 PARIS
+33 (0)1.42.74.18.97
contact@sainteanne.net

 
Une internationale
 Bleu Blanc Box
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine